Ciné-Nerd

Critique – Calvary

Nicolas Balazard 14 novembre 2014 Cinéma Aucun commentaire sur Critique – Calvary
calvary brendan gleeson

calvary posterIrlande, Angleterre : 2014
Titre original : –
Réalisateur : John Michael McDonagh
Scénario : Keith Scholey, Adam Chapman
Acteurs : Brendan Gleeson, Chris O’Dowd, Kelly Reilly
Distribution : Twentieth Century Fox France
Durée : 1h45
Genre : comédie dramatique
Date de sortie : 26 novembre 2014

Note : 3,5/5

Trois ans après L’Irlandais, John Michael McDonagh retrouve Brendan Gleeson pour Calvary où ce dernier incarne un prêtre confronté à la crise de foi de ses paroissiens. Le précédent film du duo était un peu bancal, que vaut donc ce nouvel essai ?

Synopsis : La vie du père James est brusquement bouleversée par la confession d’un mystérieux membre de sa paroisse, qui menace de le tuer. Alors qu’il s’efforce de continuer à s’occuper de sa fille et d’aider ses paroissiens à résoudre leurs problèmes, le prêtre sent l’étau se refermer inexorablement sur lui, sans savoir s’il aura le courage d’affronter le calvaire très personnel qui l’attend…

calvary Kelly Reilly

Une question de foi

À la fois simple mais profond, voilà comment on pourrait définir Calvary, plus qu’un film noir avec un enrobage humoristique. Le titre en lui-même exprime toute la dualité du film, le Calvaire étant à la fois un monument en forme de croix (pouvant représenter une crucifixion) mais également une souffrance morale, une épreuve. Brendan Gleeson va se retrouver confronté à un paroissien qui menace de le tuer, parce que celui-ci a été abusé par un prêtre dans sa jeunesse, et veut que le père James paye pour tous les pédophiles. Le film se déroule sur une semaine du dimanche au dimanche, représentant la durée que le mystérieux bougre laisse au prêtre pour se préparer moralement à sa fin prochaine. Durant cette semaine le Père va faire comme si de rien n’était ou presque, en continuant d’aider ses paroissiens. Un constat : sous l’extérieur lisse de cette petite bourgade d’Irlande, le péché est partout et lesdits paroissiens, prétendument pieux catholiques se rendant à la messe chaque dimanche, doutent en réalité d’une présence divine. En plus de ça la fille du Père James, qui a tenté de se suicider, vient passer du temps en Irlande. Calvary est un bouillonnement avec toutes ses thématiques abordées (la pédophilie, le suicide, la dépression…). Pourtant, même s’il est un peu long, le film ne manque pas d’humour, il y a en cela beaucoup d’ironie et de second degré. Magnifié par les paysages d’Irlande et la magnifique BO de Patrick Cassidy, Calvary devrait vous apporter bon nombre de réflexions qui vont vous trotter encore en tête bien après l’avoir vu.

calvary Chris O'Dowd

Les +
+ Brendan Gleeson
+ Sous une apparente simplicité, beaucoup de sujets à réfléchir
+ Musique et mise en scène
Les –
– Un peu long
– La forme teintée humour et thriller gâche un peu la portée de la réflexion

About The Author

Blogueur troll spécialisé en cinéphilie, geek notoire, mégalo impulsif, ayant fait ses armes sur Critique-Film.fr. Papa de Cine-Nerd.fr et fan de... Disney !

Leave A Response

*